Une histoire politique, artistique et culturelle de la France moderne

La Troisième république 1870-1940 - II

Jeudi 17 juin 2021

Japonisme ! Aux origines de l'art moderne : L'impact du Japon sur l'art français, 1860-1890

C. Monet, La Japonaise (Camille Monet), 1876

Boston, Musée des Beaux-Arts

Fermé à l'Occident depuis 1641, le Japon, contraint par les États-Unis, a accepté des traités commerciaux internationaux au milieu du XIXe siècle. L'une des conséquences pour les Occidentaux a été la découverte d'un nouvel univers artistique. Le japonisme est ainsi né de la fascination exercée par les livres, les estampes et les "arts industriels" de ces îles lointaines. 

 

À l’époque où une nouvelle génération d'artistes remet en question les règles et les exigences de la peinture académique du XIXe siècle, elle cherche à renouveler son langage formel et se détourne de la statuaire grecque antique idéalisée que les artistes ont pris pour modèle depuis la Renaissance. Les estampes japonaises des maîtres de l'ukiyo-e (Images du monde flottant), découvertes notamment lors des expositions universelles de Londres (1862) et de Paris (1867, 1878 et 1889), vont susciter un véritable engouement chez ces peintres et devenir une nouvelle source d'inspiration.

 

Pourtant, au centre de l'histoire du modernisme dans l'art, la question de ses sources est souvent négligée. L'influence des estampes japonaises est un élément majeur dans le renouveau de la peinture et un facteur déterminant dans de nombreuses étapes essentielles qui conduisent l'art à sa modernité comme le montrera cette conférence.

 

Souvent considéré comme le premier moderniste, Manet a également été l'un des premiers à intégrer les enseignements des estampes japonaises dans ses œuvres. Il sera suivi par Degas, Monet, Cassatt, van Gogh, Gauguin, Toulouse-Lautrec, les Nabis...

Le Divan japonais, affiche de Toulouse-Lautrec, 1892

E. Manet, Emile Zola, 1868, Paris, musée d'Orsay