Une histoire politique, artistique et culturelle de la France moderne

La Troisième République 1870-1940 - II

Jeudi 24 juin 2021

Mille et un fantasmes : L'orientalisme dans l'art et la littérature française du XIXème siècle

J.D. Ingres, Le Bain turc, 1852-59, modifié en 1862, Paris, musée du Louvre

L'Orient a suscité l’intérêt et l'imagination de l'artiste occidental des siècles avant le début du XIXème siècle. Aux XVIIème et XVIIIème siècles, les Occidentaux ont ressenti autant d’admiration que de crainte pour le grand Empire ottoman et l’on trouve de nombreux exemples de "Turqueries" dans la peinture et la littérature.

 

En 1798, Napoléon Bonaparte mène sa campagne d'Égypte et ouvre la période scientifique et culturelle de l'orientalisme français, qui s'étend de la fin du XVIIIe au début du XXe siècle.

 

La présence européenne en Égypte et le début de l'empire colonial français en Algérie en 1830 ont attiré des voyageurs occidentaux au Proche et au Moyen-Orient, et beaucoup ont capturé leurs impressions dans la peinture ou la gravure.

 

En histoire de l'art, le terme « orientalisme » désigne les œuvres des artistes qui se sont spécialisés dans les sujets orientaux. En tant que mouvement artistique, la peinture orientaliste est généralement considérée comme l'une des nombreuses branches de l'art académique du XIXème siècle ; cependant, de nombreux styles différents d'art orientaliste ont été mis en évidence. Des peintres français tels qu'Eugène Delacroix et Jean-Léon Gérôme sont largement considérés comme les chefs de file du mouvement. 

 

Dans leurs œuvres, les artistes français ont souvent dépeint l'Orient comme l'Autre absolu : exotique, barbare, coloré ou sensuel. L'Orient a souvent été féminisé, comme il a été colonisé, ce qui transparaît dans les nombreuses scènes de harem et de portraits d'odalisques.

Jean-Léon Gérôme, Napoléon et son état-major en Égypte, 1865

St Pétersbourg, musée de l’Ermitage

Jean-Léon Gérôme, Arnaute fumant, 1865 Collection particulière