Une histoire politique, artistique et culturelle de la France moderne

La Troisième République 1870-1940 - I

Jeudi 20 mai 2021

Guerre, révolution et art : Les artistes français pendant la guerre franco-prussienne et la Commune de Paris, 1870-71 

Ernest Meissonier, Les Ruines des Tuileriesc. 1871, Compiègne

Musée national du château de Compiègne

Juillet 1870 - juin 1871, une année terrible ! Paris subi deux sièges et des destructions sans précédent. Les monuments incendiés pendant la Commune ont été laissés en ruines. Paris est défiguré. Le traumatisme de la guerre, la misère et la famine qui s'ensuivirent, la violence de la Commune et les ruines du paysage parisien seront largement illustrées par les artistes du Salon, de Neuville, Detaille, Meissonier,  dans les années de l’après-guerre.

 

Nous verrons aussi les positionnements politiques et artistiques et les engagements militaires des artistes de la « nouvelle peinture. » Corot, Manet, Bazille, Tissot et Degas resterons en France durant le conflit. D’autres comme Monet, Pissarro ou Sisley, ne souhaitant pas défendre le régime honni de Napoléon III, choisiront l'exil à Londres, ou ils espèrent trouver de nouveaux marchés prometteurs pour leur peinture.

 

À leur retour, ces peintres éviteront les ruines du paysage parisien et oublieront les évènements douloureux de la guerre et de la Commune. Ce ne sont pas des ruines qui intéressent cette nouvelle génération mais la reconstruction de l’après-guerre : Paris renaissant de ses cendres !

A. de Neuville, Les Dernières cartouches, 1873, Bazeilles, Maison de la dernière cartouche


Claude Monet, La Tamise à Westminster, 1871, London, National Gallery